Quand la neige tombe enfin sur les Pyrénées en cette fin janvier, les médias et autorités administratives se déchaînent autant que les éléments pour développer un catastrophisme dorénavant habituel dès qu’il tombe un flocon sur nos routes qui sont aussitôt bloquées, interdites,…

Météo-France, souffrant sans aucun doute de cette ou ces pressions, emboîte le pas et publie un BERA – Bulletin d’Estimation des risques d’Avalanches – annonciateur de catastrophes et nous interdisant naturellement de laisser figurer à l’agenda du club la moindre sortie officielle dans nos massifs enfin blancs.

Mes nouvelles responsabilités de président me conduisent , la mort dans l’âme, à envoyer un message annulant toutes les sorties du CAF de Pau prévues le 24 janvier 2019 au vu du risque 5 affiché accompagné d’un sibyllin TRÈS FORT RISQUE D’AVALANCHE (vigilance orange) au-dessus de 1700 m d’altitude…

Le soir même, bien décidé à sortir mon DVA et à aller voir de près si cette situation est aussi catastrophique et dangereuse qu’annoncé, j’appelle Stéphane, mon fidèle binôme des sorties « aventure »…

Proposition honnête : pas de risque, on prend nos DVA-sonde-pelle et quand même les skis au cas où…, pour aller faire un exercice de recherches multi-victimes du côté du Hautacam.

Le 24 au matin, un peu désabusé – le ciel est nuageux, il ne fait pas chaud – je retrouve Stéphane au traditionnel lieu de rendez-vous d’Argelès-Gazost : pas de plan tiré sur la comète, on transborde le matériel dans son 4×4 au cas où la route poserait problème et nous voilà partis pour l’aventure pas trop passionnante…

Montée sans problème jusqu’au parking de la station, les skis sont chaussés rapidement et on part vers le col de Tramassel pour tâter la neige et analyser le manteau qui a quand même pris le vent et la pluie. Pour l’instant et en première analyse, le risque est marqué, à voir plus haut l’évolution.

Les dameuses sont en action sur les pistes et ma dameuse personnelle me fait gentiment la trace entre les lacets de la route qui conduit au col dans un manteau neigeux très variable à cause du vent et de la pluie : on part du dur cassant comme du verre à de la neige soufflée où on brasse un peu suivant l’exposition des micro-reliefs.

Arrivée au col de Tramassel: ciel bleu, épicéas et pins revêtus de leur manteau blanc, belle vue sur la face W du Montaigu,…

C’est une invitation à aller voir et s’en mettre plein les yeux : dépeautage, passage en position descente et premiers virages prudents car ce sont quand même les premiers de la saison… en direction du départ des téléskis sous le Naouit.

Que du bonheur: des beaux « S » derrière nos skis dans quelques centimètres de neige roulée sur une croûte de regel portante. C’est décidé , on repeaute, direction le sommet du téléski pur voir le versant Isaby.

De beaux « Z « signés Stéphane et Michel dans la forêt – on évite les pistes pour laisser la neige vierge pour la descente – en testant quelques pentes raides pour bien analyser le manteau – il y a de l’épaisseur 40 à 50 cm de grains fins sous une croûte de regel plutôt portante et quelques accumulations et sculptures faites par le vent, un départ naturel de plaque observée en crête et ce sera tout. Le plan est fait : on redescendra par la piste qu’on a laissée vierge de toute trace…

Le soleil est avec nous, pas de vent, de la neige roulée, une surface portante, pas d’activité avalancheuse marquée sur le secteur d’Isaby – un départ d’une grosse plaque sous le Clot du Serpent dans une pente à plus de 35°.

Dépeautage, position descente, et c’est parti dans les pentes Sud du Naouit… pour une série de virolets tous plus ronds les uns que les autres.

Repeautage pour remonter au sommet du téléski du Naouit pour la descente du versant Nord par la forêt et par la piste en laissant toujours de belles signatures sur cette neige roulée toujours très agréable à skier.

Remontée tranquille au col de Tramassel après un quatrième repeautage : je pensais descendre sur une piste damée mais les dameuses n’ayant pas fini leur travail, c’est donc sur une petite bande entre piste et téleski que nous faisons notre dernière descente de cette belle journée.

De retour à la maison, je recherche le BERA du jour et je constate qu’il a été amendé le matin à 08h00 avec un abaissement du risque de 5 à 4. A 16h00, le risque pour la journée du lendemain sera évalué à 3….