Le projet du jour : boucle originale au Soum de Lascours

L’objectif : s‘en mettre plein les yeux…

La journée commence malheureusement par un loup dans le « timing » : 1/4 d’heure de retard au rendez-vous d’Argelès-Gazost pour les Palois qui ont laissé le soin à la seule participante du jour d’annoncer la nouvelle au GO. Le motif : un sac à dos oublié au domicile par…. Devinez ?

Montée rapide au Hautacam pour garer nos véhicules sur le parking du col de Moulata. Dans le groupe, point de jeune loup donc point de menace pour les 2 encadrants du jour… Je ne saurai pas non plus si quelqu’un a une tête de loup, tous les participants ayant un couvre-chef.
Petit briefing et départ, presque à pas de loup, pour la Hourquette d’Ouscouaou, mais les bavards se font très rapidement entendre… rompant le silence matinal des estives qui peinent à se réveiller. Première rencontre – sous la Hourquette – avec un troupeau de brebis exceptionnellement accompagnées par un berger et son chien.

Descente paisible sur le Lac d’Ourrec pour profiter pleinement de la vue et des lumières subtiles d’une matinée automnale déjà bien entamée au milieu des tintinnabulements des sonnailles de brebis. Après le franchissement du déversoir du lac sans bain de pieds, petit coucou au passage aux occupants de la cabane d’Ouscouaou terminant leur petite-déjeuner alors que le soleil est presque au zénith…
Pour nous, petite pause « crème solaire » pour ne pas gober le loup dans la montée en plein soleil vers la cabane de Mourède en laissant en contrebas les 2 cabanes d’Ourrec.

Commençant à avoir une faim de loup et à avoir les crocs – il est 13 heures – la pause censée se faire à la cabane sous le replat du Lascours, bien marquée sur la carte IGN à 2000 m, se fait, mais juste au-dessus de son emplacement supposé car, de cabane sur le terrain , il n’y en a point… On prend quand même son temps pour ce pique-nique sans avoir le boyau de loup…
Le corps médical étant très présent dans le groupe, mais pas majoritaire, fait que la discussion s’oriente sur les maux de chacun ou presque….

Mais le temps passe et le Soum de Lascours nous dominant fièrement, nous fait comprendre qu’il faut s’y remettre. Montée raide dans les pentes herbeuses pour franchir le col du Mail de la Sède et remontée tranquille vers le Soum de Lascours où un magnifique cairn nous attend à 2485 m d’altitude avec un panorama d’enfer. Photo de famille, tour d’horizon qui nous pousse à faire fonctionner nos neurones pour identifier les sommets du secteur, lecture de carte pour aider,…
Le temps du retour a sonné pour ne pas rejoindre les véhicules entre chien et loup et profiter toujours de ces magnifiques lumières d’automne.

Descente au mieux dans les pentes herbeuses sous le Mail de la Sède et traversée plein Nord sous la crête du Lascours pour basculer sur le Lac de Bassias par un petit collet sans nom.
Quelques vesses de loup par ci, par là perdues parmi quelques rares coulemelles s-desséchées.
Retrouvailles avec la Hourquette d’Ouscaou et descente rapide vers le col de Moulata, où un vieux loup – je tairai son nom – décide de prendre la tangente pour arriver en tête.

Je ne vendrai pas la peau de l’ours aujourd’hui, car on n’en a pas vu, et puis ça obligerait peut-être certain à hurler avec les loups – compte tenu du caractère passionnel et totalement irrationnel des débats sur le sujet en terre béarnaise. Ouf! on est en terre bigourdane et j’ai donc essayé de me mettre dans sa peau un instant en pensant à une citation latine – homo homini lupus – l’homme est un loup pour l’homme qui fait aussi sans aucun doute beaucoup plus de victimes chez les brebis qu’ours, loups et chiens réunis, à l’approche de la Foire aux Côtelettes de la Saint-Michel… Nom d’un chien qu’on se le dise sans tomber cependant dans le spécisme !

Pour en finir, sur le papier du moins et pas sur le terrain, avec le loup et avec l’ours, le changement de vêtements et de chaussures aux voitures rappellent à une partie du groupe que nous avons, comme le loup, les côtes en long au point d’utiliser un trépied pour compenser le manque de souplesse… et nous rappelle le Cid : Ô rage! Ô désespoir! Ô vieillesse ennemie… Et ce sera le mot de la fin d’un esbagats épanoui qui espère encore, malgré le vieillissement, faire de nombreuses randonnées pyrénéennes…

 

Les GO du jour : Jacques et Michel

Les participant(e)s du jour :  Sylvie, Gérard, Jean-Philippe et Patrice

La trace du jour : https://www.visugpx.com/uM0iX8SuyI