En descendant de la montagne…pour trouver le soleil

Météociel étant peu optimiste pour la montagne ce samedi, nous avons décidé d’en descendre avec nos chevaux-vapeur…. Direction les Landes et plus précisément Betbezer-d’Armagnac pour faire le circuit 8.4 de La Motte de Saint-Julien-d’Armagnac.

La sortie….

Au programme : 16 km et 120 m de dénivelée entre vignes, forêts de chênes, plantations de pins ou de peupliers et retenues collinaires avec le soleil, sous un ciel bleu parsemé de nuages épars.
Pas foule sur la boucle : 2 voitures, 2 randonneurs, 1 mamie derrière sa fenêtre qui soulève toutes les 5 minutes son rideau pour scruter ces deux intrus qui pique-niquent sur une des tables de l’Oppidum de Saint-Julien-d’Armagnac et 1 chevreuil, surpris par ces randonneurs et qui jaillit de son fourré tel un diable de sa boîte puis détale à toutes jambes vers des lieux plus sûrs…
Paysage plutôt sympathique et très humide : les orages de la semaine avaient fait leur œuvre et laissé des traces bien visibles…
Le sol, pourtant plutôt sablonneux, n’avait pas réussi à absorber toute cette eau tombée du ciel et plusieurs passages étaient bien boueux ou spongieux permettant d’observer de nombreux traces d’animaux.

Le balisage bleu est plutôt bien fait mais nécessite quand même une certaine vigilance et de bons yeux…

 

Le ressenti chimique et toxique…

 

Entre vignes et lisières de forêt, nous avons pu aussi profiter pleinement des effluves phytosanitaires et mortifères des produits Monsanto, Bayer, BASF ou Sanofi généreusement répandus très récemment sur les vignes, laissant un goût âcre dans la bouche… Et on dit que marcher, c’est bon pour la santé : oui, mais pas n’importe où….

Pour ce qui est de la flore à proximité des vignes : quasiment pas de fleurs et on peut se demander pourquoi.
Fongicides, pesticides, ou herbicides : nous ne le saurons pas, mais ce qui est sûr, nous ne goûterons ni le Floc ni l’Armagnac produits à partir de ces vignes.
Le retour à la maison s’est fait sous des orages diluviens avec arbres en travers de la chaussée et rivières d’eau boueuse sur la chaussée.

Conclusion

Au final, 16 km parcourus et veni, vidi, vici…mais nous ne reviendrons plus et je ne conseillerai pas cette randonnée en raison de la pollution chimique. Dommage car les paysages sont beaux.

 

La participante du jour : Annie

Le GO du jour : Michel

La trace du jour : https://www.visugpx.com/AILsLd7eqf