Pas de sortie officielle aujourd’hui : il y en avait déjà plusieurs à l’agenda et ce sera donc une sortie entre ami(e)s.

Temps perturbé chez nos amis prévisionnistes…qui ne nous permettent plus,depuis quelques temps, de nous en tenir à un agenda fiable de sortie à 3 ou 4 jours : il faut presque se lever la nuit pour consulter la météo et décider de sortir ou non le matin même.

Ce jeudi , après une réflexion la veille qui devait nous amener autour du Chérue, nous a conduit plus sagement vers le sommet du Sésérite qui culmine généreusement à 1586 m. Bien nous en a pris de ne pas vouloir atteindre d’autres sommets plus élevés, car même si le soleil n’a jamais été de la partie, la visibilité est restée correcte.

Accès routier au Port de Castet sans difficulté et chaussage des skis en descendant de voiture…

Sortie entre ami(e)s : pas de préparation pour ma part, hormis le BERA lu et dans la poche quand même et pour la météo, je savais à quoi m’attendre,… un test DVA assuré par Ghislaine et pas de préoccupation autre que de suivre le mouvement sans se poser de question.
J’avais presque oublié, depuis le temps que j’encadre des sorties, le confort de n’être, pour une fois, qu’un simple participant et je me laisserai presque prendre au jeu…

Montée tranquille, tout en discutant, à deux de front sur la piste jusqu’à la sortie de la forêt où Ghislaine nous fait gentiment la trace dans une belle couche de neige fraîche reposant sur une fine croûte de regel.

La pente se redresse un peu sans jamais dépasser les 30°, on est sur un versant Nord ciblé par le BERA mais en -dessous de la zone des 1500/1600 du même bulletin où la neige s’est très légèrement humidifiée: n’oublions quand même pas les bons réflexes et l’analyse des risques qui doit se faire dans toute sortie, y compris entre ami(e)s, où le leader n’est pas formellement désigné et le facteur humain moins pris en compte – on est entre copains , on ne se pose pas de questions et on ne risque rien, surtout que dans le groupe, nous sommes 4 instructeurs Neige et Avalanches. Et bien non, il faut savoir écouter Münter et appliquer sa méthode 3×3 quand même.

Les relais pour faire la trace se font naturellement : moi le premier – un des étrangers du groupe- c’est pour ça qu’on m’a invité – puis Roger, l’indigène de l’étape, et pour finir Stéphane, l’autre étranger du groupe, qui nous conduira au sommet du Sésérite en passant par le Turounet de Lauda à un bon rythme comme d’habitude.

Petit tout d’horizon au sommet , un peu de mécanique – tournevis, clé Allen pour régler une fixation – et franchissement de barbelés pour attaquer la descente indiquée par Dédé : que du bonheur,  car la neige est excellente malgré cette fine croûte de regel qui ne résiste pas à nos spatules et une visibilité correcte avec le masque que j’étrenne.

La descente se termine dans « la chaussette du Sésérite » : séparation du groupe en deux. Dédé part rejoindre la piste forestière et Ghislaine et moi partons  droit dans la pente avant de buter sur un entrelacs d’arbres et de branchages et déchausser sur une centaine de mètres pour rejoindre la piste qui nous ramène aux voitures.

Bien qu’un peu chauvin, je rassure mes ami(e)s des Pyrénées-Atlantiques car même sans le soleil, je n’ai pas dit : si j’aurais su, j’aurais pas venu…. et les Hauts-Pyrénéens continueront donc à venir dans les belles montagnes des Pyrénées-Atlantiques si on les y invite.

Le mot de la fin se limitera au traditionnel pot de l’amitié à Louvie-Juzon dans une ambiance chaleureuse, où nous avons rencontré un groupe qui avait traîné ses spatules du côté Saoubiste avec une visibilité quasi nulle, confortant ainsi le bon choix de la sortie du jour fait par Roger avec bonne neige, bonne humeur et bonne visibilité.

Quelques photos : https://photos.app.goo.gl/CC9xn5TodfM1nZDo2

La trace du jour : https://www.visugpx.com/HUn2hxIF7R